Fonctionnement du prêt à taux zéro à la banque islamique

0
541
Prêt à taux zéro en banque islamique : comment ça fonctionne ?

Pour le besoin de la communauté musulmane, il existe un crédit islamique. Ce dernier permet aux musulmans de réaliser certains projets (achat de véhicule, construction d’un bien immobilier). La particularité de ce crédit, c’est qu’il n’y a aucun taux d’intérêt. Comment cela est-il possible ? Les éléments de réponse dans cet article.

Qu’est-ce que le prêt à taux zéro ?

Que ce soit un prêt professionnel, un crédit à la consommation ou tout autre type de crédit, les structures qui les octroient prennent un pourcentage pour l’aide apportée. Il s’agit du taux d’intérêt qui s’ajoute à chaque situation de prêt.

Dans le cas du prêt à taux zéro de la banque islamique, rien n’est pareil. En effet, les personnes qui souhaitent obtenir un crédit ne payent pas de surplus à l’emprunt effectué. Il s’agit d’un fonctionnement basé sur l’islam qui associe la notion d’intérêt à une pratique sans profit aux yeux du Créateur. Ainsi, il serait malhonnête de prêter de l’argent et d’attendre des intérêts. Dans ce cas, comment la banque islamique peut-elle fonctionner ?

Les solutions au prêt à taux zéro

Il est une évidence que la banque pour son fonctionnement ou l’investisseur qui prête son argent souhaiterait se faire des bénéfices dans les règles de la religion musulmane. Face à cette situation, le contrat Mourabaha et celui dénommé Ijara sont proposés.

Le contrat Mourabaha est réalisé en toute transparence. Dans ce cas de figure, tout est connu à l’avance et les parties savent dans quoi elles s’engagent. Les étapes d’un tel contrat sont :

  • acquisition d’un bien par la banque islamique pour le demandeur,
  • vente majorée du bien et remises des fonds au demandeur qui est parfaitement bien informé,
  • établissement d’une période de paiement bien défini avec l’emprunteur.

Ici, il est clair que c’est la banque qui fait un commerce (licite) et ensuite prête la somme souhaitée par l’emprunteur à ce dernier.

Le second type de contrat s’apparente plus à une location longue durée ou avec option d’achat pour éviter qu’une forme d’intérêt soit générée de ce type d’échange

Les autres alternatives au prêt à taux zéro

Les autres alternatives au prêt à taux zéro

En dehors des contrats qui peuvent exister, il est possible de faire tout simplement des partenariats entre individus. Cela n’implique plus la banque islamique.

Deux individus peuvent établir un contrat dénommé « Moudharaba » dans lequel l’un apporte le capital et l’autre contribue avec son savoir-faire. À la fin, le bénéfice est partagé entre les individus.

Une autre forme de partenariat consiste en ce que les porteurs de projets apportent individuellement le capital et se partagent en fin de réalisation les gains. Ce type de contrat est dénommé « Mousharaka » et peut prendre plusieurs formes. Il peut être :

  • dégressif (sortie progressive d’un ou plusieurs partenaires du contrat),
  • temporaire (la durée du contrat est bien déterminée),
  • permanent (contrat à durée indéterminée).

Toutes ces solutions permettent d’éviter l’intérêt qui n’est pas bien perçu en islam.

Le prêt à taux zéro à la banque islamique est tout à fait réel. Il se base sur des principes de l’islam et empêche les prêteurs de se faire de l’argent sur le dos de leurs confrères. Toutefois, il faut noter qu’il existe des alternatives pour l’obtention d’un prêt et la réalisation des différents objectifs.

Articles similaires

3.7/5 - (9 votes)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici